DROGUÉ.E À VOTRE INSU DANS UN CLUB OU UN BAR ?
ce qu'il faut savoir

En octobre 2021, plusieurs cas de personnes droguées à leur insu ont été signalés dans différentes villes européennes comme Londres, Bruxelles mais également Paris et d’autres villes en France. 

Nous avons mené une enquête auprès de 825 victimes dans des clubs et bars de toute la France. Voici ce qui en est ressorti :

QUE DIT LA LOI ?

« Le fait d’administrer à une personne, à son insu, une substance de nature à altérer son discernement ou le contrôle de ses actes afin de commettre à son égard un viol ou une agression sexuelle est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Lorsque ces faits sont commis sur un mineur de quinze ans ou sur une personne particulièrement vulnérable, les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et à 100 000 euros d’amende».

Source : Article 222-30-1

Par ailleurs, une personne interpelée par les forces de l’ordre en train de faire usage d’un stupéfiant ou possédant de petites quantités sur elle, peut recevoir une amende forfaitaire de 200 euros.

les effets du ghb sur le corps

Le GHB (Gamma-hydroxybutyrate) également connu sous : vita-G, ecstasy liquide, liquide X, Fantasy, grievous bodily Harm ou encore drogue du violeur depuis les années 1990, entraine somnolence, réduit la respiration et le rythme cardiaque. 
Il n’existe aucun contrôle sur sa puissance et sa pureté. Les produits vendus sous la dénomination de GHB contiennent souvent des drogues inconnues ou d’autres excipients qui peuvent être toxiques.

Les effets du GHB dépendent de plusieurs facteurs (âge, poids, quantité absorbée, durée de consommation, mode d’administration, milieu ambiant, prise simultanée d’alcool, etc.). 

Une dose élevée peut déclencher une confusion, des pensées inhabituelles et importunes, des nausées, des vomissements, un sommeil très profond, ou encore la mort
Quand on combine le GHB à l’alcool ou à d’autres drogues, les effets s’intensifient et le risque d’effets toxiques et de surdose s’accroît. En fait, les décès signalés résultent le plus souvent de la prise concomitante de GHB et d’autres drogues ou de l’alcool.

Les effets sont ressentis dix à vingt minutes après l’absorption et peuvent durer jusqu’à 4 heures

Sous sa forme liquide, le GHB ressemble à de l’eau. Il est inodore et insipide, ou peut avoir un goût légèrement salé ou un goût de solvant facilement masqué. Le GHB est généralement vendu sous forme liquide dans de petites fioles, mais on en trouve également sous forme de poudre blanche ou de gélules.

Sous forme liquide, le GHB peut être facilement ajouté discrètement aux boissons. Or, en plus de ses effets sédatifs qui empêchent les victimes de résister à une agression sexuelle, le GHB peut aussi entraîner une amnésie; ainsi, une fois les effets de la drogue dissipés, la personne n’aura aucun souvenir de ce qui s’est passé.

COMMENT RÉAGIR SI VOUS ÊTES VICTIME

Avant tout, sachez que nous vous croyons. Nous ne vous demanderons pas de nous parler de votre tenue ou de la manière dont vous avez dansé. Vous avez été victime d’une personne qui vous voulait du mal et nous en sommes sincèrement désolé.e.s.

Nous vous conseillons fortement d’en parler à vos proches et de vous entourer de personnes bienveillantes.

Toute absorption de drogue laisse des traces dans l’organisme.

Pour avoir une preuve de l’intoxication, il est nécessaire de vous faire tester rapidement. Le dépistage consiste à retrouver ces traces dans un prélèvement de sang, d’urine, de salive ou encore de cheveux. 

Le GHB est présent dans le sang pendant 8 heures, dans les urines pendant 12 heures et dans les cheveux pendant 3 semaines
Pour découvrir les durées de positivité de toutes les drogues dépistages, cliquez sur ce lien.

Afin de faire le test, il vous faudra aller dans un laboratoire, toutefois, les coûts sont assez onéreux. Il existe des tests disponibles sur Internet, un peu comme  des tests de grossesse mais qui ne feront pas forcément foi légalement car aucun médecin n’aura réalité le test. Pour autant, cela peut rêe un outil important pour les clubs / bars.

Seule la personne testée a le droit de connaître les résultats du test. Dans le cadre d’une procédure judiciaire, le procureur, le juge, les officiers de police judiciaire sont détenteurs de l’information.