DBSP STOP AU SEXISME EST UNE ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES DANS L’ESPACE PUBLIC

LE HARCÈLEMENT MORAL ET SEXUEL
EN ENTREPRISE

52 % des femmes et 27 % des hommes ont été 
victimes de harcèlement sexuel au travail

33 % des hommes victimes se sont confiés,
et 1 % uniquement ont porté plainte

72 % des femmes victimes se sont confiées à un proche,
et seulement 4 % ont déposé plainte

25% des personnes LGBT+ disent avoir été victimes
d’au moins une agression sur leur lieu de travail

55% des personnes LGBT+ disent avoir
entendu des expressions LGBTphobes sur leur lieu de travail

41% des hommes ayant une apparence dite « féminine »
et 42% des femmes androgynes
ont essuyé des moqueries ou des insultes

45 des femmes et 39% des hommes trouvent
leur trajet domicile-travail angoissant

Quant aux harceleurs, 40% sont des collègues,
18% un.e supérieur.e direct et 22% un.e employeur.e

De nombreuses victimes restent silencieuses par honte de ce qui leur est arrivé

CONSÉQUENCES GÉNÉRALES SUR L'ENTREPRISE

  • installation d’une ambiance toxique
  • employé.e.s démotivé.e.s
  • productivité collective impactée
  • image de la société ternie
  • performance de l’entreprise diminuée
  • augmentation du taux d’absentéisme et du turn-over

CONSÉQUENCES GÉNÉRALES SUR notre vision de nous-même

  • remise en question constante :
    “C’est vrai qu’elle était peut-être courte cette jupe…”
  • auto culpabilisation 
  • perte de confiance en soi :
    “Jean-Michel à toujours mieux su expliquer les idées que moi”
    “Toute façon, je n’ai jamais eu beaucoup d’humour”

CONSÉQUENCES GÉNÉRALES SUR la santé mentale

  • trouble du sommeil ou cardio-vasculaires,
  • fatigue
  • crise de larme
  • abus du tabac ou de la drogue
  • voire des tentatives de suicides

 

Rappel de la loi

“Le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptibles de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.”

Code pénal article 222-33-2

QUE FAIRE SI JE SUIS VICTIME ?

  • en parler à:
    • ses collègues de confiance 
    • ses proches
    • les ressources humaines 
    • la médecine du travail 
  • faire appel à un.e avocat.e spécialisé.e
  • garder un maximum de preuves écrites : sms, mails, chat interne, etc. 
  • enregistrer des conversations avec son téléphone 
  • contacter l’inspection du travail 
  • contacter le Défenseur des droits

RESSOURCES

L'AFFICHE à accrocher
dans votre entreprise

ÉCOUTER LE PODCAST

Sources 

“Etude réalisée par l’Organisation Internationale du Travail sur 4,5 millions de salarié.e.s français.es entre 2017 et 2019”
https://reverto.fr/chiffres-clefs-du-harcelement-sexuel-au-travail-agissez/ 


“ 2e édition du Baromètre LGBT+ | L’Autre Cercle x Ifop / 2020”

https://www.autrecercle.org/actualite/la-2e-edition-du-barometre-lgbt-l-autre-cercle-x-ifop  


Manuel contre le harcèlement au travail – Elise Fabing, Maison Hachette / 2021 

Code pénal article 222-33-2