« Être un homme, quoi qu’il en coûte ? » – discussion avec Lucile Peytavin

Être un homme, quoi qu’il en coûte ?

Lucile Peytavin est historienne et autrice. Dans son premier essai, « Le coût de la virilité », elle calcule ce que coûtent les comportements virils des hommes à la société. On a échangé avec elle.

Pourquoi est-ce que tu as décidé de travailler sur la virilité ?

Les femmes se battent beaucoup et depuis longtemps pour avoir les mêmes droits et la même place que les hommes dans la société. Je me suis rendue compte que, du côté des hommes, il y a beaucoup de blocages vis-à-vis de ces combats. Souvent, le féminisme est un concept qu’ils rejettent parce qu’ils se sentent visés. Donc j’ai cherché à savoir d’où venaient ces blocages, et le thème de la virilité s’est imposé.

Cette idée de devoir être le plus fort et qu’il faut dominer son environnement et les personnes autour de soi, elle découle des valeurs viriles qu’on inculque aux garçons dès leur plus jeune âge. Aujourd’hui encore, ces valeurs définissent ce qu’est « être un homme » dans notre société. C’est pour ça que je suis persuadée qu’en déconstruisant la virilité, on déconstruit aussi les comportements de domination, agressifs et sexistes des hommes.

Dans ton livre, tu calcules ce que coûtent, chaque année, les comportements virils à la société. Comment est-ce que tu t’y es prise ?

Je suis allée fouiller dans les statistiques et les données officielles, et ce que j’ai constaté, c’est que l’immense majorité des responsables de délinquance, de criminalité et de comportements à risques sont des hommes.

Selon les chiffres des ministères de la Justice et de l’Intérieur, les hommes représentent aujourd’hui 80 % des personnes mises en cause par la justice et 90 % des personnes condamnées par la justice. La population carcérale française est quant à elle à 96 % masculine.

Par ailleurs, les hommes sont surreprésentés dans tous les types d’infractions, notamment les plus graves : ils sont 99 % des auteur.e.s de viols, 84 % des  auteur.e.s d’accidents mortels de la route, 86 % des  auteur.e.s d’homicides et 97 % des  auteur.e.s d’agressions sexuelles.

Tous ces comportements ont des conséquences et des répercussions financières. Il y a les frais de justice et de services de santé, mais aussi le coût humain : souffrances physiques et psychologiques, perte de productivité, destructions de biens… À partir des taux de responsabilité des hommes et des taux de responsabilité des femmes, j’ai additionné tous ces coûts et j’ai calculé ce que j’ai appelé « le coût de la virilité ». Ce coût de la virilité, c’est un surcoût qui correspond à ce que la France économiserait si les hommes se comportaient comme des femmes. Il s’élève à 95,2 milliards d’euros par an. C’est colossal, puisque c’est à peu près équivalent au déficit annuel du budget général de la France.

Face à ce constat, tu affirmes qu’il faut déconstruire l’éducation genrée que reçoivent les enfants afin de gommer les différences que notre société fait aujourd’hui entre hommes et femmes. 

Oui. Il faut déconstruire la notion de virilité. Il faut une éducation égalitaire, qui éradique cette notion du plus fort, cette violence qu’on trouve dans l’éducation des garçons. 

Les hommes ne sont pas violents, agressifs et dominants par nature. La science, que ce soit la neurobiologie ou même la paléo-histoire, montre qu’il n’y a rien de physiologique ou de biologique : c’est une construction culturelle. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut donc la déconstruire. 

Si on regarde du côté des sciences de l’éducation, on s’aperçoit que de nombreux mécanismes, conscients ou inconscients, participent à une acculturation des garçons à la virilité dès les premiers jours de leur vie. On a des contacts beaucoup plus toniques avec les garçons qu’avec les filles, donc on valorise leur force physique. On est aussi beaucoup plus permissifs avec les garçons, dans le sens où on sanctionne beaucoup moins leurs comportements perturbants. Tous ces mécanismes sont très bien identifiés par la sociologie et créent un terrain favorable à la violence.

En parallèle, on éduque les garçons au fait que le féminin est méprisable. Par exemple, lorsqu’ils sont petits, si on les compare aux filles, c’est pour leur dire qu’ils courent « comme des filles » ou pleurent « comme des filles ». Ce qu’ils apprennent, c’est que les filles, le féminin et les femmes ont moins de valeur. C’est ce qui crée du mépris et des comportements sexistes.

Cette éducation joue aussi un rôle dans le harcèlement que subissent les femmes, car ces dernières sont bien souvent considérées comme des objets sexuels, alors que la sexualité des hommes est extrêmement valorisée. Ça pose des problèmes en termes de harcèlement et de non-respect du consentement. C’est aussi lié à la notion de virilité.

Quel message veux-tu faire passer à travers cet essai ?

Ce que je veux, c’est qu’à travers l’argument financier – qui est un argument nouveau parce que c’est un travail qui n’avait jamais été fait auparavant – on prenne conscience des conséquences extrêmement néfastes, pour toutes et tous, des comportements des hommes qui découlent de cette notion de virilité.

J’espère qu’avec ce nouvel outil, on va ouvrir les yeux sur ces comportements systémiques et faire un gros travail sur l’éducation et les valeurs qu’on transmet aux garçons. 

Partager l'article

Souscrire à notre newsletter

Plus d'articles

memorial feminicide CFP 2022

Comprendre le féminicide

Mémorial CFP en hommage aux victimes de féminicides, janvier 2022 TW : féminicide, viol, violence Féminicide : l’émergence d’un terme à l’historique bien rempli Le